• Avoir ce mal qui vous ronge…

     Alice Massénat

     

    pour Claude

     

    Avoir ce mal qui vous ronge lors des combats
    répandant sur nos taille-fer les sépulcres
    à 10 heures je flagelle
    de cette vespérale aux rires embruns
    à 11 l’histoire se calcine
    l’écharpe de mes cols se vitrifie

    Plus de reins
    le rêve est bringuebalé en apôtre de l’ombre
    une engeance qui s’étire
    un bond me lamine
    et tes baisers s’enfuient
    mes spasmes au-dehors du cataclysme

    Glacée tu me reprends nos hypnoses
    de mes beffrois je m’enlise
    la trachée excisée
    mes armoiries à peine échues

    La peur du siècle ressurgit
    plus entrelacs qu’épave
    et la craie m’indiffère

    Tu braves notre amour
    je m’écorche
    les cris déboîtés et sucs d’ancres
    nos pluies s’éclipsant à l’orée

    Et je t’aime de ces catacombes qu’ils renient
    les parmi les remparts
    je me camoufle
    à l’écoute de tes mains
    la pendule en astreinte du vent

    29 janvier 2019


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Persée
    Lundi 4 Février à 11:47

    Toujours cette fureur qui, dans une parfaite maîtrise du verbe, peut parfois se retourner contre elle sans qu'elle cesse pour autant d'être souveraine. À quoi s'ajoute une  farouche passion. La marque d'Alice Massénat. Inimitable.

     



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :