• Ça y est, Riesel est sous les verrous

    M. Lochu

    Ça y est, Riesel est sous les verrous depuis le 1er décembre et les crapules instituées vont se frotter les mains pendant deux secondes, et deux secondes de ces gens-là ça vaut bien quelques générations de populaces, n’est-ce pas, les exclus d’en haut ! n’est-ce pas Chirac-l’escroc !
    Riesel est l’instigateur de la stratégie de sabotage des plantations d’OGM. Bové a payé pour avoir été son complice. Maintenant c’est son tour à lui, l’enragé pensant. Pas d’hélico, pas de télé, pas de prêchi-prêcha de la bonne gauche en mal d’altermondialisation – car toujours en train d’altérer quelque chose, cette gauche-là !
    La place des révolutionnaires c’est d’être en prison, il faut le croire, puisqu’ils y ont tous séjourné. Blanqui y a écrit « L’éternité par les astres ». Bakounine y a laissé ses dents. Baader, sa vie. Rosa Luxembourg y rédigeait de très belles lettres où elle parlait des oiseaux. Encagé depuis 1987, Jean-Marc Rouillan publie des livres forts qui devraient foutre la honte à tous les électeurs, la honte et la rage. Pour l’heure, au son de la télé braillarde qui trône dans sa cellule, Riesel dévore des ouvrages d’épistémologie ou des romans. Kempf rappelle dans un article du Monde les années 68 où l’étudiant leader Riesel dénonçait l’imposture sociologisante, sa rencontre avec Debord, le départ pour la campagne, les moutons, et peu à peu la reprise d’un combat, avec la Confédération paysanne dont il devient porte-parole, puis la rupture suite aux convulsions médiatiques du camarade Bové et à l’alliance avec le mouvement réformiste ATTAC…

    Être en taule c’est toujours payer pour les autres. À la qualité des solitudes, si on osait mesurer ça,  on verrait la différence entre les ultra-vivants qui bougent les consciences et les morts-gouvernants qui éteignent le monde. Toujours la souplesse de quelques esprits contre la pesanteur des armées de la domination universelle. Armées qui occupent notre paysage protégé, qu’on l’appelle Amérique,  Europe ou Démocratie, en tout cas toujours la mort à l’œuvre, comme ailleurs, et grâce à des religions d’une folle efficacité : l’économie capitaliste, la vogue industrielle, l’intoxication généralisée par la chimie, les techniques et les médias, sans oublier la terreur militaire.

    Les pontes européens tergiversent, refilent le bébé aux ministres pour savoir si on garde ou pas le moratoire sur les OGM . Ça ne rigole pas vraiment, tellement de pognon en jeu, tellement peur d’être devancés par une concurrence tout ce qu’il y a de loyale, puisqu’il y a guerre, avec victorieux et victimes ! Combien de Verdun, combien de Dresde, combien d’Hiroshima, combien de Tchernobyl, combien de sidas et de tremblantes, pour qu’ils comprennent ?
    Mais j’oubliais : c’est toujours les populaces qui restent sur le carreau, même si elles repoussent très vite, ailleurs, et crédules à nouveau.
    Quand ces messieurs de la haute n’auront plus que leurs clones pour interlocuteurs, ils auront vraiment tout gagné, de la domination absolue à la dégénérescence satisfaite.
    En attendant, par soutien au prisonnier politique Riesel (un parmi d’autres), que les quelques ludions qui savent encore s’amuser à la vie, donc les révolutionnaires sans catéchismes, ne manquent pas de s’amuser, de saboter, de faire chier toutes les institutions, qu’elles soient catholiques, humanitaires, administratives, en uniforme, rampantes ou exemplaires. L’urgence est de bousiller un maximum de l’outillage à l’œuvre dans tous les domaines.
    Et vous pourrez même faire zazen en rentrant de vos missions crépusculaires, rien ne sera déduit de vos honoraires par votre directeur des ressources humaines –par souci d’économie, il se sera autolicencié justement la veille (en se souhaitant bonne chance).

    Marin Lochu

    in Le Mouton fiévreux



    René Riesel est l’auteur de :

    Aveux complets des véritables mobiles du crime commis au CIRAD le 5 juin 1999,
    Éditions de l’Encyclopédie des nuisances, 2003.

    Déclarations sur l’agriculture transgénique et ceux qui prétendent s’y opposer,
     Éditions de l’Encyclopédie des nuisances, 2003.

    Du progrès dans la domestication,
    Éditions de l’Encyclopédie des nuisances, 2003.




    N’écrivez pas à Chirac mais plutôt à René RIESEL

    sa nouvelle adresse :
    Maison d'Arrêt, 37 chem Séjalan 48000 MENDE

    Annexe :

    Sommation à la Confédération Paysanne :

    Au nom de René Riesel, la Confédération paysanne s'est vue sommée, le 21 novembre 2002, par ministère d'huissier,

    "d'avoir, sur le champ, à cesser de répandre, et de faire répandre, la rumeur mensongère selon laquelle M. René Riesel se déjugerait en demandant, ou en acceptant qu'on demande en son nom, une quelconque grâce portant sur la peine de quatorze mois de prison ferme qui vient de lui être confirmée par la Cour de Cassation.

    Cette désinformation étant spectaculairement propagée, à l'initiative de la Confédération paysanne, par elle-même et ses alliés, citoyennistes et fossoyeurs moribonds de l'ancien mouvement social, au moyen de diverses manifestations publiques, creuses déclarations médiatiques, pétitions honteuses, lobbying, communiqués de presse - et certainement de manuvres plus discrétes et moins médiatisables -, c'est par les mêmes moyens qu'il appartient à la Confédération paysanne elle-même de démentir ces calomnies, toutes affaires cessantes.

    M. Riesel n'attend pas d'arguments de bonneteur. Il exige que la Confédération paysanne mette instantanément fin, et de façon complète et suffisante, au préjudice qu'il subit de son fait.

    Faute de quoi il se verra dans l'obligation de l'y contraindre par toute voie de Droit."


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :