• Circonstances, 1 (A. Badiou)

    Alain-Badiou   M. Lochu

     

    Circonstances, 1 (A. Badiou)Au moment des présidentielles de 2002, le philosophe Alain Badiou fut un des rares à garder la tête froide et à ne pas participer de l’hystérie générale. Ce fut au contraire pour lui l’occasion d’exercer sa raison avec une acuité de bon aloi, à travers, notamment, un article – rédigé avec Sylvain Lazarus et Natacha Michel – paru, dans Le Monde. Au terme d’un échantillonnage des griefs faits à la gauche, si ressemblante à Le Pen sur tant de points, les trois auteurs appelaient au respect de quelques principes essentiels, conditions préalables pour un début de crédibilité, et déclaraient‌ : « Nous croyons qu’aucun principe de réelle politique démocratique ne peut être mis en œuvre de façon suivie par quelque parti ou groupe parlementaire que ce soit. Ces principes démocratiques règlent, en toute indépendance, notre propre action, c’est la politique sans parti. Ce que nous appelons : la politique faite à partir des gens, et non à partir des positions de pouvoir. » [Le Monde, 28 avril 2003]

    Le livre qui paraît maintenant regroupe trois textes de conférences données par Alain Badiou, à l’Ecole Normale Supérieure, l’un porte sur ces élections de triste souvenir, un autre sur le 11 septembre et un troisième sur le Kosovo.

    « Qui a vu à la télévision le sémillant Jack Lang chargé de commenter le scrutin, dire « le fascisme ne passera pas » est vacciné contre l'emploi contemporain du mot république. » écrit Alain Badiou qui, on l’a vu, ne donne pas dans les bons sentiments inoffensifs. Il écorche joliment une gauche accrochée aux idées sécuritaires et à « l’honnête politique réactionnaire » qu’elle a pratiquée à partir de 1983 et l’arrivée de Laurent Fabius aux affaires. Il s’interroge même sur l’évidence du recours au scrutin, allant chercher la complicité dubitative de Jean-Jacques Rousseau, dont la forme actualisée donnerait peut-être cette réponse à ses étudiants : «Mais alors, si voter est le Bien et que voter n’est plus contestataire, c’est la contestation qui est le Mal ? C’est ce que vous voulez dire ? »

    Concernant la politique extérieure des occidentaux, Badiou remarque, non sans ironie, que «l’instrumentation de l’instrumentation», est un art complexe qui débouche souvent sur des situations catastrophiques. Et de pointer l’Irak de Sadam Hussein soutenant jadis l’opposition sunnite et chiite contre le pouvoir iranien, aidé en cela par les USA et la France, avec pour résultat paradoxal le renforcement des deux protagonistes. Lesquels protagonistes il faudrait bientôt circonscrire à coups de bombes. L’addition de tout cela se résumant mal à un conflit régional de plusieurs centaines de milliers de morts, une guerre dite « du golfe », une invasion finale (ou presque) au printemps de cette année, en attendant les prochaines opérations. Même chose avec l’ennemi afghan créé par les Américains quelques années plus tôt. La domination du monde a besoin de s’affirmer sans cesse, elle fabrique ses ennemis pour vérifier sa puissance en temps réel.

    Mais surtout, Badiou constate que «le nihilisme capitaliste est parvenu au stade de l’inexistence de tout monde.[…] Aujourd’hui, en dehors des grands et des petits bourgeois des cités impériales, qui s’autoproclament «la civilisation», vous n’avez plus que des exclus anonymes. » 

    Pour Badiou la puissance américaine ne peut plus se passer de la guerre. Elle ne peut se supporter que par la guerre. Et « en fait de réel – hors les entreprises acharnées de ceux qui font vivre la pensée, y compris politique, dans quelques situations singulières – vous n’avez que l’armée américaine. »

    Et le fin mot du philosophe va pour dénoncer le thème de la finitude, qui empoisonne les consciences, et il appelle ces confrères à « reconstituer rationnellement la réserve d’infini affirmative que tout projet libérateur exige. »…

    M. Lochu (1ère série) n°11 (2004).

    Alain Badiou
    Circonstances, 1

    (Kosovo, 11 septembre, Chirac/Le Pen)
    Éditions Lignes/Léo Scheer 2003.

     

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :