• Depuis que mon ami

     Jean-Claude Leroy

     

     

    depuis que mon ami est parti

    je ne crache plus sur les morts

    je vois venir ceux qui passent

    dans le chemin qui vagabonde

    la terre se creuse sous les pas

    qui vient en face je le salue

    je l’accompagne en silence

    « comment t’appelles-tu ? »

    je ne réponds pas

    mais je marche aussi bien

    moitié rêveur moitié inquiet

    il n’y a rien pour effacer ce rien

    à la place d’un homme fidèle

    alors je me couche souvent

    pour tomber de l’horizon

    je ne veux pas m’éloigner

    d’autres me transportent

    mais ne me guérissent pas

    mon secret je le garde

    et juste dire son nom

    cela serait le trahir

    m’arracher à lui

    maintenant où suis-je ?

    sur un navire de pierre

    creusant debout ma vague

    et l’enfant qui bave

    c’est un baiser hasardeux

    sur du papier journal

    daté de son départ

    et moi ici déchiré

    déchiré

      

      

      


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Witt
    Lundi 2 Mai 2011 à 16:33

     

    du rivage

    merci



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :