• Deux réflexions sur une seule tête d’épingle, en écoutant Bach *, (par André Bernold)

    André Bernold

    D’après une photo de Bjanca Kadic pour la jaquette du CD : William Bird, the King’s of College, Cambridge, Stephen Cleobury, KGS 0024.Mais il arrive ceci : ce qui, dans l’expérience passée, a tremblé sur les cimes les plus vertigineuses se trouve soudain renversé dans un coffre, scellé dans les profondeurs d’une mine inaccessible. Interdite. C’est étrange, c’est sauvage, mais peut-être nécessaire.
    Cela constaté, un jour, il faut choisir : que faire de la pensée du coffre ? S’ouvrent à nous ici divers chemins nouveaux – oh chante-moi un chant nouveau, disait Nietzsche, à la fin, à son ami Peter Gast – qui divergent et se séparent. Ou bien, à partir de ce point, tous les chemin sont le même.

    2) Autre chose. Ou la même, sous un autre angle.
    Je sais maintenant que seule la raison portée à sa plus haute puissance est capable d’embrasser la plus profonde folie. Il m’a fallu dix ans, ces dix dernières années, pour en déceler un simple indice.
    Mais qu’en est-il de la réciproque ?
    N’est-ce pas la plus extrême démence qui, seule, valide les certitudes de la raison en dernière instance ?
    Je l’ignore (mais cela me semble « probable »).
    MAIS, me dira-t-on (on me dit toujours quelque chose, surtout quand on ne me dit RIEN), sur ce genre de balance, ou de balançoire, ces mots que vous ATTIFEZ SI TRAGIQUES n’ont plus le moindre sens (et que signifie, par exemple, ici, je vous prie, « probable »?)
    Oui, c’est vrai (je le confesse, MAIS PAS à vous !), et, bien sûr, c’est gênant. Mais, voyez-vous, il y a encore plus grave : car s’il y a une balance, où en est LE FLÉAU ? Et quelle est l’unité de poids, et quelle, de compte ?
    Cette question très abstraite est aussi la plus quotidienne, et, par elle, nous retrouvons la remarque précédente.
    Le fléau est sur le coffre, et les poids sont dedans.

    3) Quel rapport avec Bach ? La tête d’épingle…

    André Bernold
    (30 juillet 2018)

    * Plus précisément : Klavier-Übung III, aussi appelé La messe Luthérienne (pour orgue)

     

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :