• Du givre crispe les branches

    Sophie Ferrandino

     

    Du givre crispe les branches

    Troncs tirés à vif cassures

    Entremêlures haut

    Dessus les têtes

    Les arbres profilent des abris qui retiennent au ciel

    Blanc

    — Blanc et bas

     

    Tonnelles

    Froid ciselé

    Sous vide

    orientent la marche

    un tout indifférencié

    lumière crue lave

    — Traces passantes

    Tonnelles c'est jour l'enfance

    à table

    du bruit plein d'été

    — les mouches et les abeilles en rond.

     

    Là c'est blanc jour le silence

    les tonnelles ne rappellent

    que pour respirer

    un peu plus loin

    que l'air tû

    S'enfilent par le halage

    au rythme de l'écho

    — lourd pour la panse

    s'effacent dans le sillage

    des pas sevrés

    le large des terres battues déchirées à l'ouest

     

     

    Sophie Ferrandino, in Comme ça et Autrement n°24 (déc. 2000)


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :