• Équidistant (Guy Benoit)

      Guy Benoit  

     

    à Daniel Pontoreau

    entre un sol vacillant
    et le miroir qui prend du champ


    aussitôt évanouies, les rives
    te suscitent


    hors d’atteinte, le bouillonnement


    et pourtant, où que tu sois,
    l’espace sans contrôle
    dans le vif de l’arc

     

                  *



    l’axe des choses nues
    s’appuyait là, insoucieux

    tentation de nos doigts
    sous leur temps mort

    comme par inadvertance, là

    quelques traces
    ne manqueront pas d’avoir
    lieu

     

                  *



    ressac noir

    légèrement en sueur, des clignements
    traversent le ciel

    l’envers a reculé d’un pas

    et pourtant, où que tu sois,
    lumière, lumière prise dans sa propre toile

     

                  *



    à peine plus tard que la source
    dans les maisons du ciel




    ce qui dispose de nous




    sur des reliefs prématurés

     

                  *



    mille et mille fois mille langages
    d’âge invisible




    parade des planètes




    de chaque côté du souffle

     

     

                  *



    et pourtant, où que tu sois,
    l’immuable, tout comme ici
    s’abreuvant aux poches de l’énergie


    éd. Nitabah, 1993

    puis in Pas tout à la fin 

     éd. Les Amis de l'Éther Vague, 2002.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :