• Faute de mieux

     Julien Bosc

    Faute de mieux, à bout de souffle et de cette tension de la langue et des muscles qui paraît par instants proche d’une suffocante manière de folie — celle, toute relative, d’une effarante viduité —, écrire. Écrire quand le ciel est bleu ; écrire dans la nuit, qu’importe ! dès lors qu’après-coup est éprouvée la sensation vraie ou fausse, l’on ne peut guère trancher, de s’en être encore cette fois-ci sorti — tant bien que mal, ni tout à fait semblable ni tout à fait différent de ce que l’on était, ou n’était plus vraiment, juste avant l’extinction de cette flamme désormais silencieuse…

     

    Julien Bosc

    (8 XI 2000)

    in Tiens n°10






























    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :