• Je suis allé ce matin cueillir la neige…

    David Dumortier

    Je suis allé ce matin cueillir la neige. J'ai rassemblé une poignée de flocons qui ont vécu quelques minutes puis ils ont rejoint les flaques salies.
    Mon trésor était parfumé au savon comme s'il eût été savonné par la toilette du matin et rincé à la rosée.
    J'ai toujours traîné dans les endroits humides où la serviette n'a pas débroussaillé tous les désirs, sous les ongles crasseux des murs ou dans les odeurs fortes des voûtes qui sont aussi la confiture du temps.
    Un couvercle de boîte aux rebords tranchants, vaguement ondulés par l'ouverture ne peut pas donner un décor à mes linéaments, tout au plus faire de moi une ordure. Bien sûr J'aurais préféré être coiffeur pour arranger les cheveux du monde, mais je le dépeigne quand moi aussi je suis ébouriffé. J'irai demain avec mon panier, ouvrir la paupière du jour, des coulées auront peut-être passé la joue de la nuit et je récolterai en bas des montagnes de lave d'un inconnu en volcan, à moins qu'il ne découle de mon agenouillement qu'une couche épaisse pour recouvrir mon paysage. J'aime le manteau de l'hiver, déposé sur ces plaques que l'on soulève à l'endroit des regards, les mains gelées, pour découvrir le soupirail et plus loin les canalisations des soupirs.

     

    David Dumortier
    in Tiens n°4 (octobre 1997)


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :