• Jean-Christophe Belleveaux, poète des « états successifs de l’urgence »*

     Jean-Claude Leroy

     

     j’ai vapeur de la mort

    des fleurs discrètes dans le bois brut du réel
    s’échappe une fumerolle perceptible
    de néant
    […] *

    Une palpitation à l’œuvre, qui s’écoule en poèmes brefs, incisifs, à haute teneur existentielle, Jean-Christophe Belleveaux gratte sur papiers volants des mots à la hâte, jetés, hachés, autant de morceaux de vie découpés qu’on lit moins qu’on écoute à travers l’oreillette d’une scansion trépidante, morcelée, délivrant ce rythme émotif en prise avec un monde multiple, aussi bien intime que panoramique. Angoisse de vivre autant que de ne pas vivre, tout est objet de conscience instantanée dans ces textes cisaillés avec précision. Regard fragmenté qui a déjà épuisé les recours et pourtant continue à les épuiser encore, il ramasse les scories d’une joie qui lui vient d’être là, en même temps que désespoir. Regard qui a été porté depuis tant d’endroits de par le monde, car Jean-Christophe Belleveaux voyage comme il respire ou écrit, par à-coups. Il prend l’avion comme d’autres le métro, va voir de près, aime se sentir loin, c’est-à-dire au cœur du monde. Asie principalement – Inde, Thaïlande, Indonésie, Vietnam – mais non exclusivement (également Madagascar, l’Afrique), d’où ces cartes postales lapidaires, vibrantes, poèmes envoyés d’un point à un autre, épistoles griffées sur revers d’ordonnance ou de tract décalé, comme pour avertir, avant de traverser le néant, de cet intervalle qu’on voudrait annuler entre soi et les autres.

    glaise
    tout est dit
    comprenne qui voudra

    de tout ce qui vint
    viendra ou non
    l’homme titube
    les conifères abrupts le menacent
    il se détourne
    tombe infiniment

    […] **

    Car l’écriture est un quotidien jamais calculé, on y accueille, on y partage sans compter, c’est ainsi que J-C Belleveaux fut aussi l’animateur des revues Comme ça et autrement et, avec Yves Artufel et Roger Lahu, de Liqueur 44. Après Démolition, en 2013, un recueil écrit à Rennes lors d’une résidence, il publie il y a deux ans un livre coécrit avec Édith Azam, et aujourd’hui c’est sous une couverture bleu nuit que s’annoncent ses Fragments mal cadastrés.

    quant à l’été
    son goût de charogne
    on a du mal
    à faire avec
    on réitère le même rêve
    d’un grand couteau
    on appelle ça
    dépression
    folie complaisance morbide
    on souhaite pourtant
    plus que tout
    arracher cette vieille peau
    à coups d’ongles furieux
    on attend ***

    Tout est là sans ellipse, mots susurrés avec insistance, petit courant alternatif qui parcourt les secondes, c’est une poésie évidente, directe, pour l’oreille de tout le monde, une vibration qui ne se prend pas pour un discours, rien que signalement d’un homme, l’homme qui pourrait être un autre mais qui est celui-ci, l’homme des livres de Belleveaux. Pas fier de grand-chose, « l’homme de la sorte/absolu crétin forgeant des couperets», n'empêche, il nous parle vrai, nous parle fièvre, il palpite.

    j’ai vapeur de la mort

    des fleurs discrètes dans le bois brut du réel
    s’échappe une fumerolle perceptible
    de néant

    rien ne sert de déguerpir
    autant inspirer à fond – font font
    les petites marionnettes

    rien ne sert de fuir
    vers le loin géographique
    vers l’ailleurs linguistique
    look, regarde, écoute, chouf
    tout est pareil
    zéro au zéro identique ****

     

    * Le titre de ce billet est emprunté à un titre de J-C Belleveaux : Carnet des états successifs de l'urgence, Les Carnets du dessert de Lune, 1998

    * Jean-Christophe Belleveaux, Démolition, Les Carnets du dessert de lune, 2013.

     ** Jean-Christophe Belleveaux, Fragments mal cadastrés, Jacques Flament éditions, 2015.

     *** Jean-Christophe Belleveaux, Fragments mal cadastrés, Jacques Flament éditions, 2015.

     **** Jean-Christophe Belleveaux, Démolition, Les Carnets du dessert de Lune, 2013.

     Voir la bibliographie complète de J-C Belleveaux sur Wikipédia : ici 


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :