• Les lances de nymphée

      Patrice Thierry

     

    d'après le Prognostic de Paracelse (1536)




                            Frappé

     

    l’intérieur du vase s’épanouira

     

                            Le serpent porte son flambeau effacé

    contre la forge de l’épée

                            Aucun être ne sera en Paix

    à l’approche de ta fatale digérance

     

                            Aveugles des signes

    ils n’auront main que pour ta vétusté
     

     

     ° ° °

     
     

    Ramure meurtrie des foudres

                            Séduit

                            Tu élèves la fleur qui périra

    au devant des potagers

     

                            Senteur fuyante

     

                            En vain d’éclore

                            Floricole tu choieras

    d’atteindre l’ivraie

                            des épis grappillés

     

     

     ° ° °

     

     

                            Les portes closes de la cité

    colombes chassées

                            Tu n’es que parmi ces guerriers

    au corps dissocié

                            Lazurite des trophées succombe en la nuit

                            Dépit en colline

    aux vaines séductions

                            La lumière

    sous le tertre des vins

     

     

     ° ° °

     


                            Arbre et castel

    aux combles des plaines

                            Fils morcelé

    le village sera membre d’imposture

     

                            Aux céruses des faveurs partagées

                            Des cernes s’imposeront

    de n’avoir su concourir

     

     

     ° ° °

     

     

                D’Orient viendra ce Midi

    qui tant fut fustigé

     

                            Sous une pluie de pierre dorée

    tressaillira ta couronne

    où Sagesse dort

                            Tu iras en licol

    vers le cloaque que tu n’avais reconnu

     

     

     °°°


     

                Après les noyades de ton assemblée

    à l’outre du gué

                            Sapide

    tu glisseras à l’ombre des monts

                            Le vent indisposé à volatiliser

    ton fruit en ignition

     

                            Parcellement retrouvé

    te choieront quelques lauriers

                            Mais “... ce qui est divisé n’est

                jamais durable...” - Paracelse –

     

     

     ° ° °

     

     

                L’Esprit écartelé

    ton corps finissant tel Diomède

                            Tu ne vois dans le miroir

    que ton ecclésiastique souveraineté

     

                            Pierre enlisée d’ignorance

                            Le feu seul aurait dû nourrir

    ton noir dessein

     

                            “L’eau du feu

                            par l’esprit corps

                            Tu vas

                            au soir des berges

                                                                ...”

     
     

     ° ° °

     


     

                            Lorsque ta main ignée

    s’accouplera au soleil

                            Rouge

    la pierre échinera

    les arbres de sa Roue

     

                            Chuteront tes fondations

                            Affligé

                            Si tu trouves là

    teinture à t’édifier

    tu n’auras que faune en meurtritude

     

     

     °°°
     

     

     

                Aux souffrances d’avoir été

    ce que tu paraissais

    porté au bois

                            Ou chêne en verge te frappe

                            Loin du vaisseau en escale

    au port d’entre mer et éther

     

                            Pourrais-tu mourir

    en forêt Néméenne

                            Lion de Diane


     

     

     ° ° °

     

     

                            Vêtements meurtris des joutes

    poétisés sous la geste d’eau

                            Sept fois

    pochés en cendre

     

                            Ta naissance drainée par des canaux

    s’effondre le superflu

                            Tu t’embouques

     

     

     ° ° °

     

     

                            Le suc des frimas

    n’est point gaufre lorsque l’abeille

    se défait au cercle des neiges

                            L’ours n’a plus que ses griffes médiates

    alors que s’estompe le rêve

    des chaleurs récoltées



     

     ° ° °

     

     

                            Tu chuteras de ce trône

    car ses faveurs ne sont que joug

                            Les brocards

    bistreront ton front

                            Et l’impossible sera coronale

    éclipse

     

     

     ° ° °

      

     

                            Fenaison des générosités

    avant le regain des malveillances

     

    L’escorte d’autrui

    prendra pour fol et dimorphe

    ton pas en sapience

     

     

     ° ° °

     

     

                            “L’île de l’arbre gouvernait ta chymie

                            Quand l’accroc d’...”

     

                            Passerelle forjetée

    à la rencontre d’orgueilleux murs

                            La lettre ne sera l’œuvre

     

                            Générosité affadie

                            Ta liberté enchaîne l’homme

    au tablier sur l’onde

     

                            Gratte en la folie

    pour atteindre le tison

    des eaux errantes au squelette crénelé

     

     
     ° ° °

     

     

                            Il n'est de trône sans toit

    de tête sans membre

     

                            Au-delà de la tour

    point de briquetage

     

                            Membre gracile

                            L'unité se fera intense

    par un maître insoupçonné

     

     

     ° ° °

     

     

     

                Il nous faut bannir

    ces vains travaux

    textes en friches

    d’œillades sommaires

                            Déchirer ces textes aux balustrades d’antan

     

    Enflamme nature

    et par la campagne

    accomplis une sente parmi les carlines

     

    Présomptueusement

    les écrits ne soutiendront

    de leurs étals

    la lassitude de tes yeux

     

     

     ° ° °

     

     

                            Après les paupières du talion

    tu graves en pierre

    la reconstruction des coraux

    aux caillots des peines

                            Lorsque en conception

    se retrouvent appareilleur et barbare

                            Que cendre est sable

    aux lances imparfaites

     

      

     ° ° °

     

     

                            Ton fils n’est encor sublimé

     

                            Les vents dresseront leurs falaises

    meurtrissant ton sein

                            Le cerf brassé d’or

    quittera ce jardin

    où feuillage allégorique ne t’abrite

                            Chaîne tirant sur trois bâillantes gueules

                            Fleurs à chercher

     

                            Mais Midi viendra après le Sud

    et l’air sera de larme

     

     

     ° ° °

     

     

                            Les bois d’ivresse attirent à terre

    ton front

                            Les hardes souillent la concorde

    parcours recommencé

                            Reviens à la Fontaine de la Porte

                            Les sources laveront tes peines

    et dans le cratère des lisières

    daguet tu seras

     

     

     ° ° °

     

     

                            Saturne vomit

    fils et pierre

                            Le royaume abandonné

    se remise en terre

                            Et rose passera

    par les teintes si tu ne t’aveugles

     

                            Le Sage en Magie se terre

     

     

     °°°

     

     

                L’aigle de son bec

    subjuguera ton habitacle

    dévorera ton corps arrosé

    vivra en tes fastuosités

                            Le premier démantelé

    en ce leurre dont tu avais paré l’onde

     

                            L’aigle reviendra souvent

    éveillant les ombres

    laborieusement

    à la torche

    dans l’haleine du combat gagné

     

     

     ° ° °

     

     

                Moine ou guerrier lançant sa rapière

    médiateur du vase

                            Tu seras reconnu

    par les vœux du brouillard

     

                            L’humilité

    aux flammèches philosophales

    loin de cet orbe enférique


     

     °°°

     

     

                La division des vagues

    empale la galère

                            Les trois fleurs

    violette

    lys

    amaranthe

    seront en ce trépied

     

                            L’unité te sera miel

     

     

     ° ° °

     

     

                Il ne doit être de stérile alliance

                            La passion est hostile aux braises

                            L’ours nous approche de la vierge

    lorsque souffre le coq rouge

    sous les lumières

                            L’homme périra

                            Ta main ne retiendra la dague palpitante

     

     

     ° ° °

     

     

                            Les fols détours

    gerçure au fronton

                            Misère drainée

    aux grèves de sismique valeur

                            Nœud te liant au joug

                            Sur ta croyance boisé des rames

    le sceau n’a de patience

    Sasseur effleuré

     

     

     ° ° °

     

     

                            Sibyllique

    l’été le plaça sur la roche

     

                            Mercure blanc

    sur l’herbe saturnienne

    d’un moresque lange

    s’il n’est de doute

    sur Vénus

                            Rose cuivrée des ruelles

    donnera la couronne

                            Mars

    sera en résidence

                            aux mains du soleil

     

                            La meute du burin

    te jugera digne du repas

     

     

     ° ° ° 

     

     

                            Corps du miel

    à demi nu

                            Les félons cheminent

    en dérive lépreuse

                            Belligérance

     

    afin

    d’écharder à gré

    le déjà opprimé

                            Le métal d’Ether

    abattra les armes

    pour l’union en Népenthès

     

     

     ° ° °

     

     

                            Malgré céruse

    il n’y aura de cheveux homogènes

                            Le temps uniflore

    courbera les roseaux

                            Confusionné

    tu subiras diurne le courroux

    si

    retors

    greffé

    l’esprit s’attache à l’oiseleur déplaisant
     

     

     

     ° ° °

     

     

                Petite montagne

    où l'agneau ne doit se mettre

    à l'abri des vents et de la pluie

                            À son pré

    sera vaisseau du palais suspendu

     

     

     ° ° °

     

     

                Même au tréfonds des labyrinthes

    loin des ennemis

                            Le siège souverain ne sera

    à tes alliés comme à ton enneigé

    jardin

     

                            Natale lumière

    considérée

                            Seule une roche

    pourrait prendre assise

                            Le feu ne pourra s’accorder

    sur le vil dessein de l’or

     

                            Soit statuaire

    afin que le maître

    assiste ta science

     

     

     ° ° °

     

     

                Eléments retrouvés

    mâles et légers

                            Aux halliers du sublunaire

    provisoire dallage

     

                            L’enfant sera

    aux chagrines engeances filiales

     

                            Au suc

    propre de sa matrice

                            L’enfant du souffre

    se portera à la nature

    de chymiques inscriptions

     


     

     ° ° °

     

     

                            Après les sueurs insomniaques

                            Sous les nuits forcenées

    le dallage bruyant

                                                                            des enfants rotacés

    ploie en faconde

     

                            Le mal n’atteindra la geste

    du berceau

     

                            Nul ne pourra t’approcher

                            Ta main faculaire

    l’ongle griffant les racines

     

                            Au pied de Parnasse

    l’Arbre Solaire

                           

    assoupi

    le vieillard

     

     

     

    Patrice Thierry

    L'Éther Vague, 1981
    repris in Portrait de l'éditeur en montreur d'ours : Patrice Thierry
    Les Amis de l'Éther Vague, 1999. 

     

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :