• Les ombres erratiques (Patrice Thierry)

      Patrice Thierry

    I

    CARQUOIS BAROQUE DES SENTES




    La ruche des monts semblait miellée sous les abeilles d'un soleil perclus d'élans brisés           la vapeur scintillante des pluies amantes en cette saison.


              Le torrent crayonnait ses ombres à la feuillée des neiges, soupirant d'alanguis séjours aux pierres forcées de truites. Mais combien de coudées meurtrissantes avant d'atteindre les champs de nos villages.


              En aval de l'île glotte qu'habitait l’enfantillage un pont gallo-romain s'échinait sur une gourgue trou brassant fort l'eau qui fustigeait sur un millier de pas la nuque des rocs et l'espace même.


              A dextre venant du calvaire des pierres agencées par décision humaine formaient une grotte que cicatrisait une grille.


              Une vierge dont c'était la niche veillait du moins regardait le pont.                 Vierge qu'un mouton caricaturait de sa présence difforme. Le lavis de son visage n'éclairait la pâleur et le cassé de son habit marron en son bas tel un soc embourbé.

              Depuis bien des lustres une pensionnaire de l'hospice venait régulièrement changer les fleurs mises là au pied de la catholique moulure en une boîte de conserve ondulée ainsi qu'en un pot de confiture.


              L'été chaque matin elle venait du village fort éloigné au lieu à fleurir.




    2



              Couché à l'heure où les mouettes quittent leurs îles pour rejoindre le sillage des navires.

              Bien après la nuit et son troupeau de sommes           je restai sur ce lit           un muscle froissé d'un vol hirsute           j'en boiterai bien des jours malgré l'application d'un topique.

              Je revoyais ma vie comme un enfant visitant un grenier découvre tout un théâtre à mettre en scène           les échelles du songe montaient haut.

              Vint quelque bruit de l'escalier signe d'éveil faisant fi de mon pacte avec les moutures du reître aux farineux drapages. La crainte alors contre ce qui avait été convenu la veille que l'on vienne frapper à la porte afin de me rendre à une autre réalité.

              Malaise de devoir dire à ces inconscientes tubulures « Peut être pourrais-je revenir jouer avec vous » ?

              Et l'orgue maligne donna du vent en ces rictus de cataracte.




    3



              J'allais retrouver la pauvre dame le corps ployé à terre gisant par moitié en une eau cascadant au long du chemin telle la suavité des proches peupliers...


              Décédée autant de peur que de la morsure du reptile fort venimeux au demeurant en cette contrée d'humide chaleur qui s'était lové derrière la vierge.


              La montagne reflétait le visage de l'errance. Sombre ou blanche s'effrangeaient de tragiques tumeurs marines. Moutons que guettait l'ours roux des mouvances de l'aurore.

     


    4



              Un passage se créa parmi les nuages. Les dents du cirque se transformèrent en castels de lumière sur un horizon pourpre cendré.


              Des moustiques en potence d'aiguillon vinrent avec le jour crépusculaire.

              Orchydée sous nos mains glissant aux orties.

     



    5



              Je n'ai l'espérance des branches au licol du fusain et l'argentier du torrent n'est que granit soudoyé. Les parfums pourtant en rotation suivent les fluteaux à l'auspice du papier. Au fourneau des dérives les fêtes retournées d'un relief hissé des teintures.



              Viduité clarté cillante et douce tapie voisine endogame

    les grêles se lovent et gravent se tordant

    l'atour mouillé des harmonies         
               Phare hérissé au rut malique

    chutant le toit d'un trait

    se mue l'aurore dolente des sexes voguant seuls

    Passé l'orage ardant des masques

    diapré en de torves soupirs

               Mouches et graves roulis des seins

    glisse a l'exagérence du dos

     le pli des avalaisons frénétique mouillage au tamis convulsif

     des sourires dévastés perpétués dans la stridence des sorts dévoués



              Inlassable          le vol noir d'une moelle sidérale          cascade et goutte au bûcher torve de I'œil gémissant          les murmures perplexes          agrippés au gréement          des phalanges          rets de sang voués à la ronde du totem


              Dauphin des constellations le bulbe au pollen des ressacs agite le destin des croissances détachées          carapace tombée des amulettes du trapèze
              S'emmurent somnolentes les musiques poissonneuses d'un quatuor
              Labyrinthe squamé silence hagard des murailles
              Les frontières aux couteaux entravent les horloges illégitimes
              Obscurantes fougères s'infusent les plats colériques
              Crevasse frangée d'un souffle de résine urine poisseuse des reflets

              La tentation d'un embryon copulatif Les bourbiers s'entaillent d'éclatantes voyances sous l'accouplée favorisant l'amertume de l'ellipse Larme inclinée en véloces scories de terre          Magnifiée

                                                                                                                 Désirée
              Possédé l'émotion suave vertige de ton onctoyante mouvance à la plénitude des fontaines fructifie le rosier des captifs désole toute voracité de langueurs précieuses

              les poussières dévalent telle une liste noire des excès de la raison


    6




              La vallée guette d'un sommeil canin et favorise le pas d'un cil boueux sur les pores d'une gravure en semence
              La nuit est courbe aux lumières genuflexées
              Les séditions jointes à l'étoile improvisent un fortin qui frissonne des minuits dissipés
              Déliés les cauchemars sillonnent le triangle du front fendu de fétide infortune

              Blessure retorse
              en la cuvette du végétal
              Cime submergée

    aux entrailles du rêve
              Flamboyance bosselée

    aux racines voraces
              L'épervier des cuisses

    aux cornes frémissantes


              Fourmillière d'un stellaire entaché

     irisée d'une lune aux fers


              Feuillé de caresses guêpes méconnaissantes de l'horizon le chevalet aurifère la grotte d'un grain palpitant ventriloque sertissant d'épines l'échelle d'une panse tempétueuse
    Crépitant          Rapace          Fécond          Blessé          Dilaté à la nuit...

    infus retrouver le miel du hameau


     


    7



              Le chemin s'épanche en la haute terre

    une patte d'aigle sculptée au suspens des proies
    A la vasque du tocsin les lèvres inclinées aux versets des graminées dénoueront ton somme le front à la pierre ton esprit s'infléchira à la harpe du verger des pénombres

    telle une chevelure défaite l'onde cachera les seins de ces frises nues au lustre des rhyzomes

    tu porteras sur les dallages alentours le plus mélodieux chant de voyelles afin que plume d'arc cisaille et tresse le poli des colonnes créées en parfaite saillie
    Fluviale offre d'une langue à l'ombrage vipérin duquel les mots se dispensent à disposer des succulents brasiers du doute


              Aux feintes d'herbe nous découvrons la voluptueuse et presque inaccessible fronce de la mauve
              Sise en prestige une nymphe d'un onguent persistant l'a désirée aux vaines stupeurs du dard âpre de midi qu'elle opère sur son faite féérique la migration des victimes écorces d'après les pipeaux puissants d'un son enroulé
              En cette mauve ondoyante vers les cimes sept valets
    Comme en tous degrés d'excitation contre l'aiguillon de
    sombre mine un priapique éclat offrit son baume lascif festoiement d'une cour torturée les heaumes empalés aux humides serments de jouvence


              Ointe fut la terre telles ses amères accouchées

              La barque lunaire passées les obliques nitescences résista aux miroirs des nacelles du givre          s'agréa au rameau de la mauve          Elle fit d'une caverne un gouffre adhérant aux baies d'or elle transforma en jardin les perles aux parois salines
              Parcourue la sente friable où se nichait fronce d'amulette une virginité lamée de magnitude au brandon de l'aurore
              Le poignet de la mauve sous de larges soieries disposait à la bride de sa paume d'un cinématique cinabre
              Le carquois vaporeux parcouru de flèches inusitées

     

     

     


    II



    Givre de la chair au buisson des feuillées




              Au couvert de broussailleux habits
              Ecorce en suspens
              Le pâtre remonte de l'humide des paupières aux brûlures du palais qui festoit de lascives bulles forestières
              La corniche des eaux d'angélique diligence encourt la roue des chevaux de ronde égrénant le nommé pays et ses statuaires rétables

                                les lyres se détachent aux fontaines aiguillonnées

              Après les lances il ne restera au lion que plaisante dépouille sourire d'aigle et l'enfant ailé L'arbuste d'aménité prête assise Aromatique faîte tournoiement ardent des tiges
              Méandres aigus d'hâtive cuirasse sur l'ire bruissante de roches appelées
              Labile aux morsures de myriadiques convulsions
              Lcs pourtours saillants de la plaie s'égouttent épinant la louable présence du faon lascivement véture
              A l'ombre des écumes taciturne l'aquarium pris en uncorail croissant s'évanouit à l'extrême du verre
              Receleuse l'alcove ploie d'un fruste soliloque
              Sous la lunaire coupe le rouet des lampes indécises s'enorgueillit alors l'ancien chemin des grottes lancéolé sous le porphyre disposant des nymphes encloses
              Les langues élaguent le méditatif vaisseau soupir d'ossement empreint de cyprès aux brisures d'onde apaisée


              Des pierres culbutées au squelette du taureau

              Du tertre en la niche aux dévotions

              Le loup noir frissonnera sous la corne
              Au sourcil de la coupe vociféraient les cercles

    ridés de tortueuse souplesse en spirale puis noués vers la soif écaillante
              S'apercevait derrière l'étoffe reposée un sein lourd entaillant le geste
              Le tourment ceint l'écho de ruisseaux de lumière
              Déchirée frémissante embrasement à la vision coite du berceau tu lèves avec tendresse le voile et ses lèvres luxurieuses
              Et les fruits ébranlés jaillissent des frontons pour mûrir des clartés consumées
              Ferveur de la fuite dans l'attente des montagnes en cours d'ovipare dessein nuageuse caresse douceur des sentiers vers le banquet mémorial
              L'abandon sous les douleurs errantes profère l'énoncé des périls échauffés
                                         mais il est un éveil en silence

    replis de l'azur qu'interroge l'oiseau
              Dispersées les abeilles tremblent d'un écart furtif des baumes
              Forcées de richesses elles bourdonnent à d'autres sèves
    Humides au long des ombres les grappes effrénées ensevelissent encor le nectar sonore d'antiques téméraires
              Idiome ancestral témoin des jubilations d'ordonnance
              Evidence de l'abyssal sous les frondaisons inclinées

    hanche résineuse poussée
              Roides louanges

     



              Il y a autour de ton nom le fléau des tempêtes de toutes car-rières et de toutes forêts s'échinant
    le climat des sangs aux hâbleries des oiseaux
              Les fables par-dessus les souples brebies égorgées entachent le seuil du palais de la roue
              En ton nom les mines sourdes des candides portes à serrure les vapeurs raillant l'inerte des colonnades d'antan chute la courbe
              A ta cuisse pastel des formes et de l'arc se délivrent les arbres
    et détèlent d'érectiles coagulations
              Les bois fruités de l'homme errant ont donné à ton front l'amère commisération du foyer hivernal
    le songe des marches crispe l'amoncellement en habitat


              Au carcan des fougères mâtiné de rosée s'éveillent les insectes tel un encensoir qu'augure la baguette et le cœur agité
              Rien de foutral à souhaiter clore le cercle par le truchement d'un grêle intestine
              Cille la fuite à l'attention des poissons de verre
              Le fer outrage la cloche aux fontaines dérobée A l'auvent de l'ébauche le larçin des soies exhale un frisson de perles et adopte le charbon croupissant en obscure friche
              Ortie de confesse la chair inanime la faute de voir bateler tel un onguent le chapelet morfondu et grelottant
              Contorsions narquoises d'une gale qu'enjole la fourbe méprise
              L'étouffement combustible des entrailles humides du soupir inspire la lassitude des embryons vermeils les racines déliées
              Fortune d'impétrante sagesse ruant sur les bilieuses pituites
              Tapis en ambages le long des poussières un rayon  atonie d'un fourreau solaire englouti
    le fourvoiement des chiens frivoles au feu horloge la portedes expiations
              A l'organe rejailli s'approche le souffle


              Phénix imprimé dans le panégyrique L'idiome végétant calfeutré des becs se sauvera afin d'attacher à ses griffe sbandées une cervelle obstinée pour la compréhension véhémente des jumeaux


              Discours feuillés au concert des faucons          Gré des poulies

    pour ces filets d'une grossesse en cage
    larmoyants à la fusion du limon
              Trépas du coquillard          circonstance du sabbat dans le cours du pinceau
              Acharnement désabusé des chariots assujettis

    fruitière usure

              Rixe engloutie dans l'éclat lunaire
              Déluge séant Monceau de continent versé brisé d'impulsive magnificence

              Le cristal force les pores du flanc resserre au feu les chemins trop longs

              Au supplice abhorrant le pendu et la vermine imagine la caresse agenouillée de ton nom prononcé mais stérile
              présageant les fèves énervées et l'avide festin d'une lassitude prosterné
    S'arrache les fleurs en dispute de mauvaise véture impuissante au présage froid des pucelles d'aurore encor engourdies
              Funeste le trouble gagne l'impudence
              Marionnette avide d'une vigueur octroyant l'infaillible
              Fend l'enveloppe l'ampoule frémissante au fond de sa
    grotte épanouira toutes rosées de pierreries d'humeur
    inaccessible

     

     


     III



    L'ire des ébauches éparses




              Il serait moins fastidieux d'aller quérir pour Dame Nostalgie sombres mûres aux ronciers du pont que d'écrire un conte las de ses soupirs contraint à dissiper les gerçures du cœur
              Las de ses soupirs il est sous la ramée au couvert des requêtes une ombre forgée par l'attente
              Tel un fou j'allais me perdre en cette orée où nature pleure de voir à ses pieds la bouche rougie des sillons et l'encensée mais plus chasseresse peau des pâtures
              Il n'était d'entrée ni de sortie mais un sourcil de pacte ; jouvencel fausset de croire à une limite
              A chaque noce se glissait nocturne alliance il n'était peut-être même est-il nuit sans forêt ténébreuse élégie en ces fièvres négligées castel de nuit dans la rime des nuits obscur crachat en bouche d'amertume
              Il n'est rien qui vaille les fougères de vent versées hors les gronderies du chêne à nos lèvres éprises
              Enquis des brocards nous ne glanons des rencontres que fantasque minauderie et voguons répudiés sur des canaux mémoriaux


              sans savoir si le messager apportera raillerie ou reconnaissance

              mais de fureur parmi les sources éparses nous établissions un commerce avec les pierres qu'amendaient nos magiques invectives
              L'humide accentuel de l'oreiller emplit de vagues cieux astre et cœur


              Le sable s'empourpre de captives rosées enlacé le cours d'eau pétri de démones la rébellion des racines
              Boire d'une soif hantée secouée d'une détresse hurlante qui parviendra gorgée d'épouvante au visage furieux de la peste crépusculaire
             

              Bâton d'ossement pour l'aveugle du jardin des refuges tremblent les épaules qui expirent de moelle leur rampante malédiction
              Rebelle la déchirure a le pouls d'une aqueuse paupière vipère des tombes descellée ces rotules branlées que guettent les pairs gravissant
              Les nuées de l'abîme froncent les oiseaux au délice blanchi des carcasses
              Dédale reclus périlleux aride blotti en secrète moisson une félicité nocturne


              Nos marches bleuissaient sous ces pénétrantes chenilles trainant en l'anneau d'un repaire qui nous faisait chuter
              Brocards Risées au soleil les larmes répondaient comblaient les fissures confuses du fripon aux célestes cliquetis

     


              Restait-il à l'amorce du sentier près du pont une reptilienne vêture de barque lapée - encore - de liserons éveillée par quelques fonçailles en dispersion
              Par les bois je percevais une mer convulsive les narines possédées je conduisais mes rêves du globe à la tombe de la lune au glaive
              Je déchirais les tentes et tombais du ciel
    je conjurais flétrissais repos brouillard et mauve inclinée des ruines la voix d'une île une cave dégrafée de vignes exaucées
              Tendue la montagne des invites fleurissait meurtrissante
              Herse des lèvres balbutiantes l'encensoir ruisselle lugubre de chuchotis
              Amer dans l'attente grelotte l'orage
              L'approche s'étire falsifiée lavis colérique erreur délavée de liesse sans patrices l'âme ignare se colère de paître


              Dans l'entremise d'une présence contournée quelques cendres corrigent le tison
              Nous n'écrirons que des ravages mordurés et les fruits exhumés grimacent aux râles retrouvés


              Passé l'univers
              Dégoût d'une sente tuméfiée d'entrailles égosillée d'humeur
              Le cimetière ébrèche les fastueuses noces des nuits alcoolées

     


              Ébauches éparses



              L'encre au collet de cette geste telle ces fols herbages en ce lieu de roches où la veille est à l'âge des lémures
              Soue pastel des litières de l'ire



              Je songe à une terre qui semble bien par des siècles lointains avoir été construite jusqu'aux cieux
              Au regard jeté sur ces immenses tertres aucun doute ne subsiste
              Pourtant effrangeant les nuances ne restent que des murets forts ordonnés enserrant des champs de rocailles

              Mue vrillée de roulades en faction

    à l'aval novatoire

    phalanges crispées facies grigné
              Tonnent les soieries sur l'épart des yeux et du masque
              Perplexes les mains givrent de patience tordues vers ladolence d'une quiète chaleur


              Chaque étoile expirante          vibrante d'un mystère

    en son ultime et lointain ricochet

                                                           éclairera l'esprit - d'un homme

    perplexe de vivre
              Elle parle la langueur de l'aurore avec ses litotes nées de l'émoi
              Altière la lumière émeut et dévaste ce corps en creux et ses immanences
              A l'image d'un sablier s'inverse la courbe alors d'un seladiré le sang dispose les prémices d'une rayonnante libation



              Et le texte retercera les Ombres Erratiques.

     

     

     

    Patrice Thierry

    L'Éther Vague (n° Dix ans d'âge), 1986

     



    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :