• Les quatre horizons

     Julien Bosc

    Jadis, sur le plateau de la falaise, lors que le printemps et l’été ne relevaient ni du rêve ni du miracle non plus que d’un contre-temps, d’une fausse note ou d’une violente espérance ; que les plus anciens arbres de la chênaie n’avaient été brisés par l’orage, dont personne n’osa avec juste raison envisager la fin, et qui, encroués, coupèrent la route à tout jamais ; tandis que fleurissaient d’une année l’autre les bruyères, joncs et genêts de la brande à présent couverte par une véritable forêt de fougères persistantes aussi hautes que les vagues de certains rivages si les vents soufflent en direction des môles qui seuls demeurent du passé ; oui, ici même fut trouvé un triangle en verre cathédrale bleu, pas plus grand qu’une main, sertie dans une châsse en plomb où brillaient ce qui à vue de nez ressemblait à des scories d’or rouge.

    Déclarés zones sinistrées après les désastres qui frappèrent le pays, l’arène, la falaise et leurs alentours restèrent isolés plusieurs siècles durant si bien qu’après avoir longtemps fait jaser, le triangle de verre — au travers duquel il n’était rien possible de discerner sinon les prismes de l’arc-en-ciel à condition que le soleil eût percé les nuages après la pluie (plus jamais rien de tel n’advint pourtant quoique certains s’obstinassent à la prière, faillite à laquelle je m’adonnai quelquefois tant pour moi aussi s’avéra pénible la privation de perspectives et de quoi que ce fût qui y ressemblât un tant soit peu) — tomba progressivement dans l’oubli, les générations se succédant sans qu’aucun conte ou récit fussent par les aïeux transmis à leurs descendants.

    Or, depuis ce jour minuit, heure du soleil, l’interdiction d’accéder à la mer et à l’ensemble de l’arrière pays a été levée. Dépositaire de la grande clef en fer, je fus le tout premier, en ce soir naissant l’unique encore, à gravir la falaise et je puis témoigner, si nécessaire sous la foi du serment, qu’elle est désormais sise là où quelques pêcheurs et diseuses de bonne aventure avaient eu l’audace de le prétendre : à mille lieux des quatre horizons. Ceci explique donc peut-être cela : mes jambes chancellent, je ne tiens plus que d’un pied sur la pointe du triangle et si l’on me surprend avec les yeux fermés tel un gisant face au bleu du ciel c’est simplement, qu’on s’en rassure, par crainte de perdre l’équilibre si mal me prenait de les ouvrir.

    Le Tarderon, le 21 VII 2004 (15h00)


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :