• Malcolm de Chazal (Poèmes)

     Tous les bleus
    Qui
    Ont froid
    Se blottissent
    Dans
    Le blanc.
     
     
     
     
     
     Le glaçon
    Dans 
    La 
    Cataracte
    Faisait 
    Du 
    Ski
    Nautique.
     
     
     
     
     
     Les formes
    De 
    Son corps
    Etaient
    Son 
    Catéchisme.
     
     
     
     
     
     Elle
    Vendangeait
    Des
    Seins.
     
     
     
     
     
     Quand
    On 
    Presse
    Le ventre
    Du feu
    La lumière
    Rit.
     
     
     
     
     
     
     L’or
    Sur
    La putain
    Se
    Momifia.
     
     
     
     
     
     L’ombre
    Qui 
    Dépasse
    Son pas
    Crée
    Le 
    Faux jour. 
     
     
     
     
     
     
     Dieu
    Nous
    Regarde
    Dans
    Les formes
    Travers
    Leurs
    Archétypes.
     
     
     
     
     
     
     Le gris
    Hypnotisé
    Par
    Le blanc
    S’endormit.
     
     
     
     
     
     Toute 
    Pierre
    Dans
    Le 
    Mur
    Se
    Sent
    Enterrée
    Vive.
     
     
     
     
     La symétrie
    Absolue
    N’importe où
    Arrêterait
    L’univers.
     
     
     
     
     
     L’œil
    Dort
    Quand
    La bouche
    Parle
    Trop.
     
     
     
     


     Le jet d’eau
    Faisait
    Des 
    Exercices
    Pour 
    Maigrir. 
     
     
     
     
     
     
     L’eau
    Est
    Toujours
    Poussée
    Et 
    L’air
    Tiré.
     
     
     
     
     
     
     L’œil
    Soustrait
    Et
    La bouche
    Additionne
    Dans 
    L’ennui.
     
     
     
     
     
     
     
     
     L’eau
    Mordue
    Par
    La vague
    Poussa
    Un cri.
     
     
     
     
     
     
     La 
    Ceinture
    Mal
    Fermée
    Cherchait
    Sa 
    Taille. 
     
     
     
     
     
     Le lit
    N’est
    Quantitatif
    Qu’après
    L’amour.
     
     
     
     
     
     
     Quand 
    Passe 
    Le vent 
    Les herbes 
    S’allongent 
    Pour 
    Faire 
    L’amour.
     
     
     
     
     
     C’est
    Afin
    Que
    Tout
    Ait
    Un poids
    Que
    L’espace
    N’en
    A pas.
     
     
     



     L’eau
    Qu’on
    Jetait
    Dans
    Le feu
    Eut
    Une 
    Convulsion.
     
     
     
     


     Seul
    Le feu
    A
    Le pouvoir
    De
    Se lécher
    Les yeux.
     
     
     
     
     
     
     La bouche
    Ne
    S’endort
    Jamais.
     
     



     
     Si l’air
    Ne 
    Devenait
    Papillon
    Comment
    Le papillon
    Pourrait-il
    Voler
    Dans 
    L’air ? 
     
     
     
     
     
     
     Le robot
    C’est
    L’aveugle
    Conduisant
    Le paralytique.
     
     
     
     
     
     Le 
    Pot de chambre
    C’est
    La république
    Des fesses.
     
     
     
     
     
     Tout
    Obèse
    Qui
    Marche
    Fait
    L’ours.
     


     
     
     La mer
    Quand
    Il pleut
    Croit
    Avoir
    Enfanté
    La plage.
     


     
     
     La 
    Bouche
    Blessée
    Dans
    Sa
    Vanité
    Se
    Mettait
    Des
    Pansements
    D’orgueil.
     
     
     
     
     
     
     La 
    Solitude 
    Des
    Fesses
    Est
    L’enfer
    Des femmes. 




    Poèmes extraits de Contes et poèmes
    éd. PatriceThierry-L'Éther Vague, 1994. 

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    3
    Thelibertyofdevil
    Jeudi 29 Novembre 2012 à 19:54

    Est que il y a un poème sur une ville qui va vite ?

    2
    chlo99
    Mercredi 16 Novembre 2011 à 15:44

    jadore tout les poéme

    1
    RH
    Dimanche 6 Mars 2011 à 13:04

    j'aime se poète ! c poésies sont formidables 



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :