• Michel Bourçon

     

     

     

    Une rencontre…


     

    Michel Bourçon est né en 1963, à Nevers, ville où il vit et travaille. A lire : Transparence (Le Jeu des Tombes, 1989),  Fleur obscène de la pluie (Polder, 1990), Un soir, un train (La Bartavelle, 1991), Les Heures immobiles (Echo Optique, 1993), Je ne sais pas la pluie (L’Arbre à paroles, 1993), Dernière touche à l’oubli (Polder, 1993), Carnets de petits riens (Les Carnets du Dessert de Lune, 1995), Quai des mariniers (L’Epi de seigle, 1996), Permanence des chiens (JCB, 1997), De nous (Le Pré carré, 1998), Six études de l’automne (Franche Lippée, 1998), Vivre est tout près (Les Carnets du Dessert de Lune, 1999), Pour si peu (Gros textes, 1999), Un massacre (Rafael de Surtis, 1999), Composition avec Femmes et oiseaux (L'Impertinente, 1999), Pour répondre au vide (Franche-Lippée, 2000), De la route, (éd. Donner à voir, 2000), Poèmes de Peu (L'Arbre à paroles, 2002), Comme une Terre, (Gros Textes, 2002), C'est la mer (Le Pré Carré, 2002), Quelque chose comme la Paix, le Calme, (Les Carnets du Dessert de Lune, 2002), Peu dans le bleu (Les Arêtes, 2005), Les Feuilles tombent même au printemps, (Les Arêtes, 2005), Pratique de l’effacement (L’ Idée bleue, 2007), Sans faire d’histoire (Les Arêtes, 2011), D’un retour d’éclaircie (Les Arêtes, 2011).

    Notice empruntée au site de la revue Les hommes sans épaules