• Par les yeux

     Jean-Claude Leroy

    par les yeux qui ne perçoivent qu’un monde à la fois
    quand tout veut se réduire à l’attractif
    la moindre captation a valeur d’absolu
    alors que c’est un mensonge sur la marchandise
    sur le prix qu’elle coûte et son usage
    mensonge, mensonge et encore mensonge
    si bien qu’à vrai dire le spectacle me sort par les yeux
    par les tympans, par des haut-le-cœur
    le spectacle seul récompensé parmi les arts
    le spectacle pour ne pas dire l’enfantillage
    ou la domestication
    ou l’asservissement du troupeau
    soi-disant éveillé
    la dévotion a pris des visages multiples
    mais elle est encore la dévotion
    et les dévots hagards ravis et subjugués
    tout ça instruits et citoyens
    qui s’en va
    cul serré et fleur au fusil
    vers le ravin des ruines
    tandis que ça continue à étouffer le moindre son de parole
    la moindre parole coupant à travers le discours
    comme si la propagande avait tout pris des mots
    et que le mot d’un seul
    la langue savante et vivante
    n’avait plus place que derrière un guichet
    j’écoute mon voisin à travers la porte
    comme si j’étais au bordel
    je sais des mots confettis
    que je n’agrandirais sous aucun prétexte
    et je chuchote à l’oreille de ma belle
    des murmures improvisés que feront florès
    dans le cœur d’un amour partagé
    le droit de vivre à part soi
    avec le plein d’émotion et de compréhension
    c’est aussi cela d’échapper au spectacle
    qu’il soit vivant ou mort
    c’est la même chose
    c’est le spectacle vendu
    le commerce institué
    dévalorisé
    la fausse monnaie d’une économie mortifère
    je voudrais réveiller ma famille
    mes amis mes intimes
    en leur disant taisez-vous enfin
    pour mieux nous entendre,
    apprendre à entendre
    à nous entendre
    ça parle sans la voix
    sans les signes
    ça respire la vie
    ça recommence à recommencer
    même quand on croit qu’il est trop tard ou trop tôt
    pour être
    attention à l’attention
    c’est la prière de l’incroyant
    je ne sais pas ce que je sais
    mais je le tiens ici
    à portée de crépuscule
    et je lave inlassablement mes yeux
    et mes oreilles
    le monde s’ouvre à chaque fois sur ce nouveau rendez-vous
    je ne vieillis pas
    j’aime et je deviens

    (18 avril 2014)


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :