• rue des résistants internés

    Jean-Claude Leroy

     

    rue des résistants internés

    il appuie sur le bouton électrique

                                                   et attend                                  l'ouverture de la porte

    plus de chez soi                       une ultime recette                     pour peut-être

    échapper au STO des temps modernes                                   le RSA du sieur Martin

    sois vagabond mon fils si tu veux                                             échapper à l'esclavage

    l'errance est peut-être              une liberté sous conditions

    à condition d'avoir la santé ou la jeunesse                                le goût de la solitude

    cherche l'humiliation et la trouve                                              sans profit

    la porte s'ouvre et quelqu'un déjà t'injurie

                                                   te crache à la gueule                 sans savoir pourquoi

    sans savoir la banalité du mal                                     Eichmann est partout chien de garde

    fonctionnaire du social              aboyeur de l'ordre répressif

    il te désigne à sa vindicte misérable

    comme s'il n'allait pas               juste après toi                          mourir

    juste après toi                          c'est sa grande force                rien qu'un pouvoir

    force du chien de garde            qui aboie sans penser              

    force du chien mort                  qui aboie sans voir                   ce qu'il fait

    chien humilié                            qui humilie avec force            avec rage

    la baveuse banalité du mal montre des dents d'écume

    et lui ne sait plus que s'accroupir et caresser les saignantes morsures

    avant de partir plus loin pour croupir hors de regard

    le suicide répond bien de lui, l'errant n'aura plus mal aux dents, l'amour est écrit ça et là

    dans les villes aux visages cramoisis                        sur le circuit des vingt-quatre peurs     

    dans les locaux laminés aux discours blêmes      rue des résistants internés      ou ailleurs

    quand tu ne vois plus que la mort où aller                                 si c'est un voyage

    les yeux se ferment par défaut                                   c'est un départ indifférent                    

                                                   d'un cadavre banal

                                                   un chiffre dans la colonne d'air

                                                   un soulagement

    la meute n'a plus qu'à se réjouir

    (chaque nouveau sacrifice       

    conforte la meute)

                                                   rue des résistants internés ou ailleurs

                                                   la porte reste fermée                fermée

                                                   où tu te cognes

     

     

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :