• Yves Teicher (par Jean-Marc Dermesropian)

     Yves Teicher

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Yves Teicher,
    ici à Marchin (Belgique),
    le 10 septembre 2012, interprète
    un texte de Charles Trenet,un
    extrait du spectacle qu'il donne, avec son complice Léon Humblet, en hommage au "fou chantant".

    Yves Teicher (par Jean-Marc Dermesropian)Yves Teicher n'était pas invité au festival Georges Brassens de Vaison la Romaine. Il était venu de Belgique accompagner son ami Jaquy Evrard, interprète, entre autres, des chansons de Georges Brassens. Je ne connaissais pas cet homme. Jaquy me l'a présenté dans les coulisses du théâtre des 2M à Puyméras, lors de la soirée d'ouverture du festival. Nous avons bavardé deux minutes. Je venais de chanter dans une commune varoise en matinée et devais présenter les artistes qui allaient chanter le soir. Je n'avais donc pas le temps de me répandre en discussions et j'oubliais cet homme à la chevelure hirsute, dont l'accoutrement se rapprochait plus de celui d'un clochard que d'un artiste BCBG.
    Un événement inattendu s'était produit ce 21 avril 2012. En effet, les artistes sévillans du groupe La mala reputacion s'étaient trompés de date et avaient avancé leur séjour à Vaison d'une semaine. Une catastrophe à laquelle je me devais de trouver une solution. Nous ne pouvions renvoyer en Andalousie ces cinq artistes talentueux et sincères sans leur permettre d'interpréter leur musique. Je décidais de leur proposer de jouer en seconde partie du programme en demandant aux chevilles ouvrières du festival qui allaient passer l'intégralité du festival à Vaison de réduire leur temps de passage, ce qu'ils firent tous avec générosité. La soirée fut belle. Elle se termina par un bœuf dans la salle de réception du théâtre.
    Les musiciens se succédaient aux pupitres et nos oreilles frémissaient d'accords reinhardtiens.
    Soudain, l'incroyable se produisit. Un homme âgé de 79 ans, Léon Humblet que d'aucuns surnommeront par la suite "Le vieux Léon" s'assit au piano et égrena quelques notes. Il ne payait pas de mine. Son ami Yves Teicher s'empara de son violon, lui emboîta le pas et nous entraîna en un quart de seconde dans son univers. Tout y passait, jazz, musique classique, chansons… Yves était surexcité. Tout à coup, il se mit à chanter sans micro une chanson de Charles Trenet intitulée "Formidable" avec une justesse de ton incroyable. Alors que je l'écoutais, les idées se bousculaient dans ma tête. Et si c'était la providence qui nous avait envoyé cet artiste venu d'ailleurs pour remplacer au pied levé ceux de La mala reputacion.
    Le lendemain matin, j'appelais à la première heure Georges Boulard, le président de l'association Les amis de Georges Brassens, pour lui relater cette fin de soirée à laquelle il ne pouvait assister, étant obligé d'aller se reposer un peu après une rude journée et avant un festival de 11 jours à venir.
    -Georges, je m'engage à programmer Yves Teicher pour un hommage à Charles Trenet en fin de semaine pour remplacer nos amis espagnols. Ce sera "formidable".
    Georges me fit confiance.
    Il n'eut pas à le regretter. Yves a transcendé le festival qui pourtant, cette année, fut d'un niveau exceptionnel. Pas bégueule pour deux sous, il n'a pas rechigné à aller jouer dans une maison de retraite, sur la terrasse du Village vacances…
    Yves est un artiste, un vrai. Il connaît les poètes, les philosophes, les chanteurs, la musique (il a travaillé le violon avec Ivry Gitlis).
    Pas fortuné, il s'en allait le matin jouer dans la rue pour gagner quelques sous alors qu'il dépensait aussitôt au comptoir des bars.
    Le concert approchait et mon inquiétude grandissait.
    Yves allait-il être en mesure d'assurer sa prestation s'il continuait à se mettre dans de tels états. Alors je pensais à un autre artiste que nous avions reçu à Vaison en 2010 et qui éclaboussa de son génie notre festival: Allain Leprest.
    L'hommage à Charles Trenet que rendit Yves Teicher, accompagné par son complice Léon Humblet relève du miracle.Yves Teicher (par Jean-Marc Dermesropian) 
    Deux heures non stop d'un voyage dans l'univers de deux hommes: Charles Trenet, le fou chantant et Yves Teicher, le fou furieux.

    A la fin du spectacle, le public lui a réservé une standing-ovation spontanée et de l'avis de certains, son concert fut l'un des plus grands moments de tous les festivals Brassens de Vaison la Romaine.
    Inutile de vous préciser que nombreux furent les amis organisateurs de festivités brasséniennes désireuses de le programmer l'an prochain.
    2013 célébrera les 100 ans de la naissance de Charles Trenet. Je puis d'ores et déjà vous assurer que notre ami Yves Teicher sera présent à Vaison l'an prochain. Quand on a la chance de croiser un tel artiste, on ne peut l'ignorer.
    Un grand merci à Jaquy Evrard de me l'avoir présenté car au delà de l'artiste, Yves est un homme admirable d'une culture infinie qui a su se mêler à tous les autres sans vouloir s'imposer comme un grand parmi les grands.
    Si vous voulez mieux le connaître, consultez son site: http://www.yvesteicher.net/

    Jean-Marc Dermesropian
    juin 2012 ()

     

     

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :